Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 22:16

logo_Rivalis.jpg

 


Pourquoi Rivalis ?


Parce que depuis un peu plus de deux mois, c’est là-bas que je m'éclate travaille.

 

Mon avis


Rivalis, une entreprise alsacienne dirigée par deux frères, Damien et Lionel Valdan. Deux frères sans limite dans une entreprise qui a pour but également sans limite : aider les très petites entreprises à continuer d’exister et de se développer.

Ça ne vous parle peut-être pas comme ça, mais la méthode utilisée par Rivalis depuis bientôt 20 ans est un moyen exceptionnel pour aider ces petites entreprises dans le besoin.

Le principe est simple : un conseiller qui accompagne le chef d’entreprise dans ses décisions au niveau de la gestion de l’entreprise et un logiciel qui permet de gérer son entreprise en temps réel. Je n’ai peut-être été entrepreneur que deux ans, je n’avais jamais vu une méthode comme celle-là. Surtout sur cette cible qu’est la TPE (Très Petite Entreprise). Car ce sont bien les TPE qui font tourner l’économie de notre pays.

Au départ, c’est la volonté d’un homme, Henri Valdan, dont le souhait était de ne plus voir une TPE en France mettre la clé sous la porte. Et il a tout fait pour y parvenir. Encore aujourd’hui, c’est la ligne directrice de l’entreprise. Malgré mes 2 petits mois d’ancienneté, j’ai pu comprendre pourquoi Rivalis avait été créée : pour aider les patrons de TPE à se sentir mieux, à être plus sereins et moins stressés au quotidien. Car c’est là toute la force de la méthode Rivalis comme on l’appelle : le chef d’entreprise est capable, chaque jour, de savoir où en est son entreprise, où elle va et où il doit faire des ajustements si besoin. Des données précises et chiffrées en temps réel !

Par exemple, lors de l’élaboration d’un simple devis dans l’outil Rivalis, un patron est capable de savoir si le devis est rentable ou non et surtout, de combien ! Fini la peur de refuser un chantier ou un travail à un client parce qu'on ne veut pas le perdre. Le chef d’entreprise est capable de dire qu’il perd de l’argent avant même d’avoir commencé à travailler ! Le client souhaite un prix sur le devis ? Pas de souci, on sait exactement quelle est la marge de négociation. Vous êtes plus cher que votre concurrent mais si vous baissez vos prix votre devis n’est plus rentable ? Aucun problème, ne vous alignez pas sur votre concurrent ! Si vous le faites, donner plutôt l’argent directement à votre client plutôt que de mobiliser vos équipes sur ce travail : cela aura le même résultat.

Bref, vous l’aurez compris, le concept m’a totalement séduit dans son fonctionnement. Mais le limiter à un simple logiciel serait une grosse erreur. Pour accompagner le chef d’entreprise dans sa prise de décision, dans sa stratégie et dans la gestion de son entreprise, les conseillers Rivalis, qui sont indépendants, sont présents : un rendez-vous mensuel obligatoire chez chaque client pour voir comment évolue l’activité de l’entreprise et des conseils si besoin pour redresser la barre. Et c’est aussi cette partie de la méthode qui m’a plu : l’échange d’un chef d’entreprise avec un autre chef d’entreprise. Comme je l’évoque souvent, un des meilleurs moments lorsque j’étais chef d’entreprise, c’était plus le moment d’échanges avec d’autres patrons que mon travail en lui-même.

Mais ce qui me plait encore plus au sein de l’entreprise, c’est l’ambiance de travail ! Un cadre dynamique, ambiance start-up qui a ses avantages et ses inconvénients : d’un côté, tout le monde est dynamique et motivé, de l’autre côté, c’est tout le temps de rush, l’urgence et la pression dans le déroulement des projets. Mais c’est aussi ça qui est bon : ça bouge tout le temps, on ne s’ennuie jamais.

 

Rivalis-0043.JPG

L'esprit Rivalis : fun, cool, décalé mais surtout pro


Sans compter que les partenaires de Rivalis, avec qui on travaille au quotidien, sont au même endroit que nous ! Les informaticiens de chez CIGO à la cave et les pros de la communication sur Internet de chez Petite-entreprise.net dans leur chateau fort. Pour vous expliquer rapidement, CIGO est une SSII qui s’occupe des prestations informatiques et de développement des outils pour Rivalis mais qui compte également d’autres clients. Il en va de même pour Valpolis, à travers le site petite-entreprise.net notamment, qui propose des actions de communication sur le web à tous nos conseillers mais également à un large réseau de consultants.

Pour le reste des collègues, dont CIGO et Petite-entreprise.net, c’est comme je l’ai dit au-dessus : une bonne ambiance générale. Je me sens tellement bien intégré que je serais incapable de citer ne seule personne désagréable que je ne peux pas « blairer » au sein de l’entreprise… C’est peut-être cela qu’on appelle : se réaliser à travers son travail.


Mes infos en plus


Mes infos car il y en aura deux que je souhaite partager : la première concerne mon recrutement et la seconde concerne certains collègues avec qui je m’entends particulièrement bien.

Mon recrutement

Pour en savoir un peu plus, je vous conseille de consulter cet article (un peu de pub pour un ami, ça ne fait pas de mal) : Comment j'ai trouvé un job sur Twitter.

Eh oui, j’ai été recruté en partie grâce à Twitter et aux réseaux sociaux ! Un simple tweet annonçant le poste, un entretien avec Damien, un des deux dirigeants, un deuxième avec la responsable marketing et la responsable du recrutement et un dernier pour valider le tout.

Ça peut paraitre un peu lourd de passer par trois entretiens (quoique…) mais ce qui était plaisant dans ces recrutements, et c’est quelque chose de général chez Rivalis, c’est qu’on s’intéresse avant tout à la personnalité qu’aux compétences. Vous pensez que c’est peut-être ce qu’on dit tout le temps, mais ici, c’est effectivement le cas ! C’est d’ailleurs ce qui donne vraiment envie de s’investir au sein de l’entreprise. Les entretiens tournaient donc beaucoup autour de la personnalité, de la façon de réagir face à des situations particulières et portaient également sur la connaissance de soi. Un florilège de questions auxquelles on ne s’attend pas forcément, du moins pas dans une si grande proportion : « En un mot, comment votre meilleur vous décrirait-il ? », « Si je pouvais exaucer un seul vœu, lequel serait-il ? », « Pour vous, quelle est la plus grande injustice », etc…

 

Rivalis-0184.JPG

J'aime


Bref, ce ne sont pas trop les questions que l’on peut trouver dans les conseils pour passer un entretien d’embauche. Mais le déroulé de l’entretien est tellement différent et détendu que je trouvais cela presque normal !


Mes collègues

A peine deux mois et j’ai l’impression de déjà pouvoir écrire un petit bouquin sur les habitudes, particularités et petits secrets de certains et certaines.

Tout le monde a quelque chose de spécial, un truc (ou plusieurs pour certains) qui le caractérise : l’accro aux documentaires télé, l’ancienne Coca addict, le pro de la bière, l’anti-vampire (une sombre histoire qui implique de l’ail…), le scout, la phobique des ongles de pied, la phobique des pigeons, etc… Une mention spéciale pour une personne qui a tellement de particularités qu’il est impossible d’en faire ressortir une (non, vous n’aurez pas de nom).

J’ai hâte de vivre également ma première soirée d’entreprise. Il parait que c’est un des meilleurs moyens de bien s’intégrer dans l’entreprise. Je ne pense pas en avoir vraiment besoin au vue des deniers événements auxquels on a participé mais une soirée entre collègues, surtout ceux-là, ça ne peut être que génial.

 

Rivalis 0042

L'équipe Rivalis lors de notre dernier événement


Je profite également de cet article pour vous dire que ça recrute par chez nous !

Chez Valpolis, des chargé(e)s de développement et un(e) chargé(e) de communication. Pour postuler, c’est par ici : Recrutement PE.Net.

En plus, la patronne est sympa ;-)

Même refrain chez CIGO, de nombreux postes de développeurs. Plus d’infos par ici : Devenez Cigolien.

Là aussi le patron est sympa, mais à sa façon. Je vous invite à venir le découvrir par vous-même !

 

Verdict

 

facebook-jaime

Of course

 

Source : Rivalis

Partager cet article

Repost 0
Published by unjourunemarque.over-blog.com - dans Vie courante
commenter cet article

commentaires

JEAN 06/11/2017 17:51

@André: si si vous avez bien compris. Avec la formation, c'est en tout près de 50 000€ à dépenser avant de travailler... Drole de concept!

André 16/11/2015 16:01

salut,

je suis très intéressé. j'ai fait un tour sur le site de Rivalis et je crains de ne pas avoir compris. on dit sur le site qu’il faut investir 39000 euros pour être conseiller indépendant. je suis sur de me tromper ou de ne pas avoir saisi le principe. juste pour me rassurer.

merci

Présentation

  • : Un jour, une marque
  • Un jour, une marque
  • : Mon avis sur les marques que je peux croiser chaque jour.
  • Contact